Libano, il patrimonio di Beaufort

Nella storiografia e nella pubblicistica occidentale è noto come Castello di Beaufort, ma i locali e gli storici arabi lo hanno sempre conosciuto come Qal’at Shaqif (قلعة الشقيف).

Poco lontano da Nabatiye, nel sud del Libano, Beaufort ha una storia tormentata, come tutte le fortezze militari arroccate su frontiere che sopravvivono alle fortune di eserciti, milizie, principati e nazioni.

L’Agenda culturel di Beirut dedica, sul suo sito, una pagina a Shaqif (in libanese Sh2if) e fa il punto sull’opera di recupero della rocca occupata più di recente dall’esercito israeliano, ritiratosi sotto l’avanzare della resistenza di Hezbollah.

Historique

De la demi-douzaine de grands châteaux du Liban, aucun ne peut se comparer au Château de Beaufort ni par la taille, ni par l’emplacement majestueux qui fait de lui le site le plus extraordinaire de l’époque médiévale. Peu d’informations sur l’histoire de cette citadelle avant sa capture par les Croisés en 1139. L’armée d’occupation israélienne a laissé la citadelle de Beaufort complètement ravagée. Dès 2001, Jean Yasmine, consultant auprès de la Direction Générale des Antiquités, est chargé d’établir une expertise monumentale en vue de préparer l’appel d’offres de la restauration du Château de Beaufort.

Description
La citadelle de Beaufort est bâtie au bord d’un précipice vertigineux de 300 mètres tombant directement sur Nahr al-Litani. Le bâtiment comporte deux sous-ensembles reliés par une rampe d’accès: une partie haute et une partie basse. La partie haute comprend un épais mur-bouclier (4 m d’épaisseur) destiné à protéger le front sud du château, une grand salle/chapelle construite par les Templiers qui, elle, est totalement ruinée. A noter enfin l’existence d’une belle tour hexagonale de conception ayyoubide à la pointe nord du site. La partie basse, en bien meilleur état, renferme deux grands corps de bâtiments assez complexes, parsemés de galeries, casemates, chambres de tir et locaux à caractère plus résidentiel. Les parties ayyoubides sont celles des mieux préservées du monument, alors que les parties croisées ont été partiellement détruites suite aux batailles successives. Le site, bien qu’ayant beaucoup souffert reste, incontestablement, l’un des plus fascinants de la région.

Financement
Neuf ans après l’expertise de la Direction Générale des Antiquités, le 26 juillet 2010, le Fonds koweïtien pour le Développement économique arabe signe avec la société WARD (Water Resources and Development Co.) un contrat d’un montant de 3.200.000 dollars. Quelque 58% du budget seront assurés par le Fonds, alors que les 42 % restants devraient être pris en charge par les autorités libanaises.

Etapes
La première phase de réhabilitation, d’une durée de deux ans, comprend :
• La consolidation des structures précaires
• Des fouilles archéologiques
• La conservation et la restauration de certaines parties du château
• L’étanchéité des toitures
• La restauration du donjon et de la porte du château
• L’aménagement du contexte paysager
• L’aménagement du parcours touristique et culturel
• L’éclairage monumental

Durée et fin des travaux
La durée des travaux est de 24 mois, la fin étant prévue pour l’été 2012. A cette date, le Château de Beaufort sera ouvert au public et la région de Nabatieh (Liban-Sud) pourra se targuer d’un site touristique exceptionnel.